Les Experts

La santé mentale en entreprise: une problématique des ressources humaines ?

Par Jean-Noël Chaintreuil, fondateur de Change Factory

Burn-out, bore-out, brown out… Les qualificatifs se multiplient pour parler de mal-être au travail. Le phénomène inquiète déjà depuis quelques années, mais la pandémie et les confinements successifs ont fini de mettre en lumière une problématique pérenne. D’après un sondage Opinion Way, 44% des travailleurs et travailleuses en France sont en situation de détresse psychologique et 25% présentent un risque de dépression nécessitant un accompagnement à cause du confinement, ce qui sonne comme un signal d’alarme particulièrement puissant alors que nous sommes dans un troisième confinement dans 16 départements.

La place des RH dans une meilleure prise en compte des risques psycho sociaux est cependant toujours questionnée. Le terme même de santé mentale était peu utilisé, les entreprises préférant parler de Qualité de vie au travail et de bien-être. Il n’y a qu’à voir les débats autour du burn-out : est-ce une maladie professionnelle ou les facteurs externes au lieu de travail invalident cette classification ?

La problématique de la santé mentale en entreprise

La santé mentale est fortement liée aux Risques Psycho-sociaux. Face à un nombre toujours croissant de problématiques, les entreprises ont encore du mal à agir, souvent dans la crainte de tomber dans la vie personnelle des employés.

Il est cependant difficile de nier que la maladie mentale a un impact important sur la motivation des employés au travail, d’autant plus lorsqu’un phénomène aussi total qu’une pandémie entre en jeu. Face à cette constatation, la question se pose : Que peuvent faire les équipes RH pour soutenir les employés ? Comment délimiter leur rôle ? Pourquoi les Ressources humaines doivent prendre en compte ces problématiques plus activement ?

Quand vie pro et vie perso deviennent indissociables

La crise a montré que la frontière entre vie pro et vie perso était plus fragile qu’on l’imaginait. Le couvre-feu et le télétravail poussent à repenser nos manières de travailler, avec notamment des difficultés de gestion du quotidien. Dans ce cadre, comment l’entreprise, via les RH, peut-elle prendre en considération des situations plurielles (présence des enfants, impossibilité de sortir faire ses courses, sensation d’isolement…) ? Autant d’éléments qui font que les collaborateurs ne sont pas toujours en position de donner le meilleur d’eux-mêmes. Mais même en période apaisée, les Ressources Humaines sont dans une position unique pour soutenir les autres dans leur équilibre mental.

Les Ressources Humaines doivent s’assurer de la cohérence des mesures

Total Shape/ Unsplash

Toute politique RH en faveur de la santé mentale doit avoir l’aval du top management. Comme toute pratique culturelle en entreprise, un minimum de vision top-down assurée par un leadership dans une optique d’exemplarité.

C’est ainsi aux équipes RH de souligner les pratiques attendues de la part des managers. Il est nécessaire de définir des règles et compétences managériales claires, en s’assurant de la formation et de la sensibilisation à ces bonnes pratiques. Remettre au centre l’empathie et l’humain fait partie des missions des Ressources Humaines, qui se doivent d’accompagner les managers dans cette démarche d’amélioration.

Pour ce faire, il convient de mettre en avant les avantages des politiques de santé mentale, en soulignant les pertes engendrées par une mauvaise réputation, des burn out, l’absentéisme ou même le manque d’implication au quotidien. Ensuite, une politique de formation renforcée est essentielle, voire de faire appel à des organismes externes pour structurer la démarche.

Libérer la parole sur des sujets de santé mentale

Même si la parole se prend avec de plus en plus de liberté, la santé mentale demeure un tabou. La faute à un manque de reconnaissance du phénomène. On aura tendance à dire à une personne dépressive d’essayer de s’en remettre. Là où on ne remettra pas en doute le diagnostic d’un cancer, les troubles mentaux sont souvent réduits à un manque de volonté.

Le rôle des RH dans ce cadre est de créer un environnement bienveillant et ouvert qui offre plus de compréhension. L’objectif est que les collaborateurs se sentent en droit d’évoquer leurs failles et leurs difficultés sans stigmatisation.

Proposer des programmes de soutien concrets

Ces dernières années, les initiatives autour de la santé mentale se multiplient. Sans tomber dans le cliché babyfoot, qui risque de masquer les réels problèmes, les ressources humaines peuvent être à l’origine de l’implémentation de solutions pour soutenir les collaborateurs.

L’un des exemples probants est le succès de la mindfulness (ou méditation de pleine conscience) en entreprise. D’après Xavier Floquet, spécialiste de la mindfulness : «L’Intelligence Émotionnelle va devenir une compétence incontournable dans les années à venir». La méditation pleine conscience offre un moyen de mieux gérer son stress et ses émotions au quotidien. Si la méthode ne permet pas d’apporter des solutions durables à des problèmes de management ou de gestion de fond, elles peuvent soutenir les collaborateurs pour trouver un équilibre entre bien-être et performance.

D’autres solutions existent et se développent. Y a-t-il la possibilité de mettre en place des journées où seraient présents des psychologues sur le lieu de travail ? Il existe même des idées plus avant-gardistes qui font leur chemin, comme l’usage de solutions à base de psychotropes pour traiter les problématiques de santé mentale comme le projette l’entreprise Diamondthera. Parler d’une forme de médicamentation en milieu professionnel est un sujet sensible, il est cependant vital de normaliser le sujet du traitement médical et de prendre les devants via des sujets innovants. La problématique a été finalement tellement peu explorée que de multiples projets peuvent voir le jour.

Il existe de multiples façons pour les RH de s’emparer des problématiques de santé mentale sans tomber dans le voyeurisme ou menacer la vie privée des collaborateurs. Il s’agit au contraire d’une mission de grande ampleur non seulement en cette période compliqué, mais aussi face à la hausse des maladies comme la dépression ou l’anxiété. Les ressources humaines peuvent ainsi jouer un rôle de sensibilisation, de structuration des démarches, de catalyseur d’idées mais aussi mettre en place des projets ambitieux et innovants pour mieux prendre en compte la santé mentale au quotidien.

Vous travaillez dans les ressources humaines et vous souhaitez vous faire accompagner sur la manière d’aborder le sujet de la santé mentale dans votre entreprise ? Contactez-nous

L’expert

Jean-Noël Chaintreuil est le fondateur de Change Factory, laboratoire d’acculturation et d’accompagnement au changement. Les missions principales sont la compréhension des cultures, l’accompagnement des Comex, les transformations et la mise en application de stratégies de rupture.

Il intervient également dans diverses universités sur le futur du travail, les ressources humaines, les transformations culturelles et accompagne plusieurs programmes d’intrapreneuriat – principalement autour de l’impact positif et du développement durable.

Il investit également dans de nombreuses startups et projets autour des cosmétiques, de la blockchain et de la HealthTech, principalement.

Vous pouvez échanger avec lui sur Twitter ou LinkedIn – autour des thématiques telles que le futur du travail, l’entrepreneuriat et l’intrapreneuriat, les ressources humaines et les impacts culturels du digital.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Share This