Actualité

Transformation digitale et emploi : les entreprises ont un rôle à jouer

Quel impact aura l’automatisation des tâches sur l’emploi ? C’est à cette question que tente de répondre la nouvelle enquête « Révolution des compétences 2.0 » publiée par ManpowerGroup et réalisée auprès de 20 000 employeurs dans 42 pays. En ce qui concerne le maintien de l’emploi, ces derniers sont optimistes. En France, 86 % affirment vouloir maintenir ou augmenter leurs effectifs sur les deux à trois prochaines années. Pourtant, tous les secteurs ne seront pas logés à la même enseigne.

Comment les entreprises peuvent éviter la polarisation de la société

Sans surprise, d’après l’enquête, parmi les fonctions pour lesquelles les employeurs comptent le plus recruter, on retrouve le secteur de  l’IT (cité par 14 % d’entre eux) ou encore la relation client (15 %). Le domaine de la fabrication-production est celui où les résultats sont les plus contrastés avec 24 % des entreprises qui ont l’intention d’augmenter leurs effectifs et 19 % de les réduire.

Justement, face à ces enjeux, quel est le rôle des entreprises ? « Elles doivent investir massivement dans la formation et la capacité d’adaptation pour faire face aux mutations du monde du travail et éviter la polarisation de la société », commente Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France. « Les nouvelles vagues du numérique – en particulier l’intelligence artificielle – pourraient accentuer le fossé entre les individus disposant des compétences, et les autres. Les premiers navigueront dans ce nouveau monde et s’adapteront quand les seconds risquent de s’éloigner de plus en plus de l’emploi ».

L’avénement des soft skills

Ce n’est pas nouveau, face aux enjeux de la transformation digitale, les employeurs sont de plus en plus attentifs aux « soft skills » qui permettent de faire le meilleur usage des nouvelles technologies. À titre d’exemple, parmi les entreprises interrogées dans l’enquête, 80% de celles qui prévoient d’augmenter leurs effectifs IT déclarent que la communication est la compétence la plus appréciée. Parmi les compétences particulièrement recherchées, on retrouve également la créativité, l’organisation, l’empathie, la capacité à résoudre des problèmes complexes ou encore à collaborer.

Extrait de l’enquête Révolution des compétences 2.0 publiée par ManpowerGroup.

« Corollaire de cette revalorisation mondiale de compétences proprement « humaines », les profils les possédant sont très demandés et donc… plus difficiles à trouver », pointe du doigt l’enquête de ManpowerGroup. La prochaine guerre des talents, sera peut-être aussi celle des soft skills.

Innocentia Agbe

Journaliste @LeJournaldes RH et @FrenchWeb.fr Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction@lejournaldesrh.fr

Sur le même sujet

Share This
Close