Actualité

RH : 1,2 million d’euros pour Bloomin

Interview d'Arnaud Testu, co-fondateur de Bloomin

Depuis quelques années, un bien étrange concept est apparu dans les entreprises du monde entier : celui de «l’Happycratie». Une notion derrière lequel se cache l’obligation d’injecter du bonheur dans le travail avec un ping-pong, un babyfoot, des bières, du yoga et, cerise sur le gâteau, un Chief Happiness Officer.

Vouloir le bonheur de ses employés, personne ne le reprochera à un patron, mais encore faut-il savoir comment les collaborateurs supportent leur charge de travail au quotidien et comment ils se sentent pour déterminer s’ils sont réellement épanouis et motivés derrière leur bureaux. Quand on voit qu’à peine 9% des collaborateurs sont pleinement engagés dans leur entreprise en France, le sujet a de quoi inquiéter…

Dans ce contexte, pour aider les directions des ressources humaines et des managers à prendre le pouls de leurs équipes, la start-up française Bloomin a mis sur orbite une plateforme qui permet de sonder régulièrement le ressenti des collaborateurs. Avec cette solution, le manager peut envoyer des questionnaires sous forme conversationnelle pour permettre aux collaborateurs de s’exprimer sur leur environnement de travail. Les réponses étant anonymisées, les employés peuvent expliquer leur ressenti en répondant à des questions fermées et ouvertes. 

L’Europe dans le viseur

Une fois les réponses envoyées, la plateforme partage en temps réel l’ensemble des résultats, ce qui permet aux répondants de voir s’ils ressentent la même chose que leurs collègues. Ce procédé peut ainsi servir de tremplin pour fédérer les équipes. Ces données sont autant d’informations précieuses qui permettent aux directions RH et aux managers de prendre conscience de l’état mental de leurs équipes pour mettre en place des actions destinées à améliorer leur bien-être au travail. «Manager, c’est compliqué. Si nos algorithmes croisent les données déclaratives, comportementales ou d’analyses sémantiques à celles de l’organisation, je les vois comme le moyen de créer du lien et de la performance en sachant ce que pensent et comment se comportent les collaborateurs», explique Arnaud Testu, co-fondateur de Bloomin.

Fondée en 2016, la société revendique une centaine de clients, dont Orange, Leboncoin et L’Oréal. Avec ce tour de table, elle prévoit de doubler ce portefeuille de clients d’ici la fin de l’année, en France mais aussi en Europe. «Avec le recrutement rapide de nouveaux talents, nous allons pouvoir faire face à une demande forte des entreprises et accélérer notre développement en Europe», indique Thomas Le Gac, co-fondateur de la start-up parisienne. Sur ce marché, on retrouve des acteurs comme les Français Supermood et ZestMeUp, le Danois Peakon ou encore l’Australien Culture Amp.

Bloomin : les données clés

Fondateurs : Thomas Le Gac et Arnaud Testu
Création : 2016
Siège social : Paris
Activité : plateforme pour évaluer l’expérience collaborateur
Financement : 1,2 million d’euros en avril 2019

Sur le même sujet

RH : 1,2 million d’euros pour Bloomin
[Decode RH] Marque employeur : ne vous la racontez pas, mais racontez-vous
[Decode RH] Engagement des collaborateurs : passer des bonnes intentions à l’action
[Decode RH] Talent, vous êtes assis sur une mine d’or et la DRH ne le sait pas!
[Decode RH] Boostez vos pratiques RH
[PODCAST] Co-Working, tiers-lieux, remote: travailler dans un bureau? oui mais non! (2/2)
La startup Neuvoo lève 36,5 millions d’euros pour accélérer en France
Share This
Close