Actualitévideo

Lunchr réinvente le titre-restaurant au profit des collaborateurs et des employeurs

Il y a 50 ans, le titre-restaurant voyait le jour pour permettre aux salariés de pouvoir accéder à un repas près de leur lieu de travail. Si en 1967, ce dispositif a été très rapidement apprécié par les collaborateurs, il peine aujourd’hui à passer à l’heure du numérique. A ce jour, sur les 4 millions de salariés qui bénéficient du titre-restaurant en France, seulement près de 30% d’entre eux s’en servent avec une carte de paiement ou une application sur leur smartphone. C’est encore très peu et la start-up Lunchr entend bien changer la donne.

Lancée début 2017 par Loïc Soubeyrand, co-fondateur de Teads, cette jeune pousse veut faire gagner du temps et de l’argent aux salariés lors de leur pause déjeuner, tout en offrant plus de simplicité aux employeurs pour assurer la gestion de cet avantage en nature. Pour cela, Lunchr a mis au point une carte à disposition de chaque employé, compatible dans plus de 180 000 restaurants, boulangeries et supermarchés français du réseau MasterCard. Celle-ci sera disponible à partir du 1er février prochain.

Des commandes collectives entre collaborateurs pour augmenter leur pouvoir d’achat 

La start-up, qui a levé 2,5 millions d’euros en janvier 2017, ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle a également conçu une application, disponible sur Web, iOS et Android, qui offre plusieurs avantages aux collaborateurs. En effet, en plus de permettre aux employés de gérer leur solde et leur carte titre-restaurant sur une interface épurée, de la même manière qu’une néobanque, Lunchr leur offre également la possibilité de commander leurs déjeuners (à venir chercher au restaurant ou à consommer à table) dans le restaurant de leur choix proposé sur l’application.

Les employés peuvent ainsi commander en équipe, tout en payant séparément avec leurs propres titres-restaurant, pour bénéficier de réductions pouvant atteindre jusqu’à 30% à partir de 6 personnes. A ce jour, la société compte plus de 500 restaurants partenaires entre Paris et Montpellier. De cette manière, Lunchr permet aux collaborateurs de réaliser des économies chaque midi et ainsi d’augmenter leur pouvoir d’achat.

Plus de simplicité et de contrôle pour l’employeur 

Pour l’employeur, la carte titre-restaurant de Lunchr est un gage de sécurité. Et pour cause, les dépenses avec celle-ci sont bloquées le dimanche et les jours fériés (sauf dérogation) et les achats avec les produits non-alimentaires sont automatiquement bloqués, ce qui permet à l’employeur d’être certain que ses salariés ne se livrent pas à des abus avec la carte titre-restaurant. Pour chaque recharge de la carte par employé, l’employeur doit simplement s’acquitter d’un euro maximum. 19 euros par jour peuvent peuvent être crédités sur la carte, mais «le ticket moyen au quotidien est d’environ 9,50 euros», précise Loïc Soubeyran, CEO de Lunchr.

Après s’être positionnée il y a un an comme une plateforme de commandes B2C, la start-up se revendique désormais comme une FinTech dédiée aux titres-restaurant. «Le projet étant long et complexe, notre stratégie a donc été de construire au préalable une application robuste et éprouvée par des milliers de bêta-testeurs avant d’officialiser notre positionnement réel», explique Loïc Soubeyrand. Pour 2018, Lunchr espère toucher plus de 50 000 collaborateurs et réaliser un volume d’affaires de 30 millions d’euros.

Lunchr : les données clés

Fondateur : Loïc Soubeyrand
Création : 2016
Siège social : Paris
Activité : carte titre-restaurant
Effectifs : 20

Tags

Sur le même sujet

Share This