Actualité

licencié pour 1 euro, l’emploi ne redemarre pas aux US, renouvellement des aides à l’emploi des jeunes

Un euro qui coûte cher à un chauffeur de bus – Libération

Licencié pour un euro. Majid Mati, 38 ans, conducteur de bus à Dôle (Jura) au sein de la société Carpostal, a été remercié pour ne pas avoir délivré de ticket à une cliente qui avait payé son trajet. Une «faute», estime la compagnie de bus, et qui justifie, selon la lettre que Libération s’est procurée, le renvoi de Majid, à quelques jours de la fin de sa période d’essai d’un an. Un soupçon de vol réfuté par l’intéressé, qui met en cause la nouvelle billetterie, et sa tendance récurrente à se bloquer.

Lire la suite sur Libération

Aux Etats-Unis, la machine à créer des emplois ne redémarre pas – Le Monde

La flambée du chômage américain apparaît de plus en plus de nature structurelle. Si l’on a pu expliquer la baisse du nombre d’emplois non agricoles par le licenciement des personnes recrutées pour effectuer le recensement de la population, le secteur privé n’a produit que 71 000 nouveaux postes. Il semble que les entreprises aient du mal à absorber le flux des nouveaux venus sur le marché du travail et qu’il sera beaucoup plus difficile qu’on ne le croyait de relancer la création d’emplois.

Lire la suite sur Le Monde

Les primes exceptionnelles accordées, sous certaines conditions, pour l’emploi d’un jeune en apprentissage ou en contrat de professionnalisation ont été prolongées jusqu’au 31 décembre 2010. – EuroJuris

LES AIDES À L’EMPLOI DES JEUNES EN APPRENTISSAGE OU EN CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Ainsi que les pouvoirs publics l’avaient annoncé lors du sommet social du 10 mai dernier, les primes exceptionnelles accordées, sous certaines conditions, pour l’emploi d’un jeune en apprentissage ou en contrat de professionnalisation ont bien été prolongées par décret jusqu’au 31 décembre 2010, alors qu’elles devaient initialement disparaître au 30 juin 2010.

Sont visées par cette prolongation :

– la double aide financière en cas de conclusion d’un contrat d’apprentissage (une prime destinée à compenser les cotisations sociales restant dues et une prime de 1 800 € maximum) ;
– et la prime de 1 000 ou 2 000 € en cas d’embauche d’un jeune en contrat de professionnalisation à durée indéterminée.

À noter : les employeurs concernés ont jusqu’au 30 avril 2011 pour déposer leur demande d’aide.

Lire la suite sur EuroJuris

Sur le même sujet

Share This