EtudesManagement

Les ados et l’activité professionnelle de leurs parents

Observatoire de la Parentalité en Entreprise (OPE) présente les résultats du volet « Adolescents » de son baromètre annuel de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale.

L’enquête a permis de dégager les souhaits et aspirations de ces jeunes – de 14 à 17 ans – notamment à travers la connaissance qu’ils peuvent avoir de l’activité professionnelle de leurs parents.
En 2009, la précédente enquête avait montré que, si les adolescents se déclaraient très concernés par le travail de leurs parents et savaient en quoi il consistait, deux sur trois le décrivaient comme stressant, fatiguant, voire très dur.

Comment la connaissance du travail de leurs parents impacte la vision que les adolescents se font de leur propre avenir ?

  • Si les adolescents déclarent, en 2010 comme en 2009, avoir une connaissance approfondie du travail de leurs parents, 56%, contre 63% en 2009, voient le travail de leurs parents comme stressant, fatiguant, voire très dur, soit une baisse de 7 points. Malgré cette dernière information qui constitue un réel progrès, une importante majorité d’adolescents porte toujours un regard anxieux sur la sphère professionnelle.
  • 91% des adolescents souhaitent que leur activité professionnelle ait une place importante dans leur vie : ils attendent ainsi de leur travail un épanouissement, une reconnaissance et un accomplissement de soi.
  • Pour une partie de ces adolescents, l’épanouissement professionnel doit se concrétiser dans des secteurs liés aux nouvelles technologies, à la culture et aux services publics, ce qui souligne qu’à l’heure où les jeunes s’inquiètent de la crise et du chômage, leurs aspirations vont prioritairement vers les secteurs de croissance, ou ceux qui offrent une certaine sécurité de l’emploi.

Les adolescents d’aujourd’hui ressentent le besoin d’être dans un domaine créatif, plus ludique et à la pointe de l’innovation : leurs modèles sont Bill Gates, Steve Jobs, Apple, Microsoft ou Google, mais aussi Cyril Lignac (le Chef cuisinier favori des médias, qui a su remettre à la mode cette profession) ou Karl Lagerfeld.

Dans un autre registre ressort le besoin d’utilité envers la société, mais aussi une plus grande sécurité de l’emploi dans un contexte de crise économique. Ainsi les activités de service public et les entreprises qui lui sont associées sont largement citées.

Pour consulter l’intégralité de l’enquête : téléchargez le document pdf

Sur le même sujet

Share This
Close