Brèves

L'echec du DIF mis en exergue avec la dernière étude du CEREQ

Le Dif ne répond guère aux ambitions qu’il avait soulevé lors de son lancement en 2003. Mis en place afin d’améliorer la formation des catégories professionnelles qui ont le moins accès à la formation, les chifres relevés par le CEREQ sont sans équivoque. Ainsi seul 1% des ouvriers, 2% des employés ont eu recours à ce dispositif contre 5% pour les ingénieurs et cadres qui en sont les grands utilisateurs.

Sur le même sujet

2 Comments

  1. et ça vous surprend? 20h par an soit 2jours/demi pour apprendre quoi ? en plus (par exemple dans notre boite………… »française », je le précise, parce que j’estime qu’elles sont dans le domaine de la »gestion » des ressources humaines les plus médiocres) il faut donner nos dates avant une date butoir, (chez nous en septembre) pour l’année suivante !!! et, cerise sur le gâteau, ces formations sont à prendre en dehors de notre temps de travail !!!!!!!!!! des formations à la base uniquement pour améliorer nos performances………..pour la boite !!!! nous devrions les prendre sur nos propres congés !!!!!!! sympa le foutage de gueule !

  2. Pas étonnant, la plupart des employeurs exercent leur droit de refus pour ne pas avoir à payer. La portabilité est difficile à mettre en place.

Share This
Close