ActualitéManagementUne

Le défi de l’équilibre vie pro – vie familiale des Millennials

Cela fait bientôt 5 ans que mes amis et moi-même sommes diplômés -nous ne sommes plus dans la catégorie «Jeunes diplômés» et ne bénéficions plus de réduction jeunes. Nous travaillons depuis un petit bout de temps, commençons à nous marier, à avoir des enfants. C’est la fameuse génération des «Millennials» (celle qui est née entre 1980 et 1999) qui occupe peu à peu le marché de l’emploi.

Cette génération Y est différente de la précédente, sociologiquement: alors que la majorité des femmes de la génération précédente faisaient encore le choix d’être femmes au foyer, la tendance s’inverse aujourd’hui. Pour les femmes diplômées, plus question de faire un choix entre vie professionnelle et vie familiale: on combine les deux! Et pourtant, ça représente un sacré challenge.

Challenge de réussir à continuer sa carrière après l’arrivée d’un enfant, d’avoir une bonne répartition des tâches entre le papa et la maman, d’être un parent parfait et un employé modèle… de nombreux défis apparaissent! En discutant avec de futurs et jeunes parents, on s’aperçoit que le quotidien peut rapidement devenir une course contre la montre, où tout est minuté, où le moindre imprévu génère un stress additionnel.

L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale est donc un sujet d’actualité, qui doit être pris en compte par les employeurs. En France, et en Europe plus largement, les pouvoirs publics ont mis en place des mesures pour favoriser l’égalité hommes femmes en milieu professionnelle, qui passe notamment par l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale: on citera par exemple le Pacte Européen pour l’égalité homme femme (2011-2020) ou encore le décret N° n°2011-822 du 7 Juillet 2011 en France. Bien que certaines mesures soient aujourd’hui monnaie courante (congé parental, aménagement des horaires de travail…), il reste encore beaucoup à faire pour faire bouger les choses, et d’autant plus dans les PME de moins de 50 salariés, qui passent souvent entre les mailles des filets des textes européens.

En France, ayons deux chiffres en tête: c’est le taux de fécondité le plus haut d’Europe (2,01 enfants par femme, vs 1,58 en Europe), et c’est un pays où 83% des femmes sont actives (contre 66% en Europe). Ca donne suffisamment d’arguments pour y réfléchir, non?

Si vous n’en n’êtes pas encore persuadé, je vous recommande de poursuivre avec le livre de Lisen Stromberg, auteure et journaliste américaine, qui a publié en Janvier 2017 ​Work Pause Thrive: How to Pause for Parenthood Without Killing Your Career​. Elle y rassemble les analyses de différentes études menées aux Etats Unis, au Canada, en Grande Bretagne et en Amérique latine, et les résultats sont marquants: les entreprises qui assurent la diversité des genre au sein de leurs employés, notamment pour les «top talents», ont des résultats meilleurs que les autres entreprises (jusqu’à +15%). De l’autre côté, alors que 80% des femmes diplômées de la génération Y vont devenir maman, la majorité d’entre elles prévoient de faire une pause dans leur carrière car elles anticipent la difficulté de combiner vie professionnelle et vie familiale. Alors, qu’attendent les entreprises pour réagir?

C’est justement ce que commencent à comprendre des entreprises dynamiques comme McKinsey, Ogilvy ou encore Netflix. Quand il y a quelques années, être un employeur attractif était synonyme de proposer du snacking à toute heure, des baby foot et des massages au bureau, aujourd’hui il faut songer à attirer des talents pour qui la vie familiale compte beaucoup. Et donc mettre en place les mesures nécessaires: garde, congés parentaux, salles d’allaitement, horaires flexibles, home office… ce ne sont pas les idées qui manquent!

Pour revenir sur le vieux continent, des pays comme la France, l’Allemagne ou encore le Danemark ont déjà avancé sur le sujet: on a conscience que l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale est clef, et que les employeurs ont leur rôle à jouer. Certaines entreprises proposent déjà des congés parentaux avec des rémunérations maintenues au même niveau, du home office, des horaires flexibles, des crèches inter-entreprises, des coachs en parentalité… Mais ce n’est pas encore la majorité d’entre elles, et encore moins dans les PME!

Alors, prêts à agir? Envie d’en discuter, de réfléchir à des initiatives, de faire bouger les choses dans votre boîte?

[tabs][tab title= « L’expert »]

astrid-henry

Astrid Henry est une passionnée de start-up et d’innovation, et aime le challenge d’optimiser des services et les activités de petites entreprises par une touche de digital et une approche agile.

Après un master en innovation HEC-Polytechnique, où elle a travaillé sur les modèles d’internationalisation des startups, elle a occupé deux postes de bras droit dans le secteur de la gastronomie. Elle a notamment lancé GoCater, l’activité B2B de La Belle Assiette.

Son expérience dans des TPE l’a poussée à s’engager pour faire évoluer les choses dans les TPE et PME en matière d’accompagnement des jeunes parents. Elle a ainsi créé 1,2,3 Crèche ! début 2017, pour mener à bien cette mission.

[/tab] [/tabs]

Tags

Sur le même sujet

Share This