ActualitéDroit socialFormationManagementTribuneUne

Implication et engagement. Est-ce la même chose?

Par Frédéric Levy

 

Implication. Engagement.

Deux termes différents avec des sens différents et pourtant employés parfois l’un pour l’autre.
Lorsque, durant les séminaires que j’anime, j’invite les participants à me dire comment ils définiraient ces deux mots, j’assiste bien souvent à un ballet d’interrogations, d’hésitations et souvent même de réponses contradictoires.

D’aucuns estiment que l’implication serait…

…plus forte que l’engagement, d’autres prétendent que c’est le contraire ! Comment s’y retrouver ?

 

Envisageons dans un premier temps ce qui rapproche ces deux termes notamment lorsqu’ils sont utilisés dans un contexte professionnel. Qui dit engagement ou implication dit souvent investissement de la part d’un collaborateur, collaborateur étant entendu au sens large. Ledit collaborateur, dans les deux cas, accorde une importance particulière à son activité professionnelle, à sa mission, aux résultats visés et obtenus.

 

Cet investissement revêt un caractère subjectif et représente, dans bien des cas, le reflet de sa motivation. Aussi n’est-il pas rare qu’on parle, a contrario, de démotivation pour un collaborateur qu’on estime ni impliqué ni engagé.

 

Éloignons-nous provisoirement du sens classique de ces deux termes pour les examiner dans un autre contexte… Le terme «engagé » signifie également être embauché. Une personne qui est engagée dans une entreprise, c’est bien évidemment quelqu’un qu’on a recruté et à qui on a offert un contrat. C’est dire qu’être engagé, c’est d’une certaine manière officialiser un lien. Ce lien contractuel est également celui qu’on va retrouver dans l’expression anglo-saxonne « to be engaged » qui donne un caractère officiel à une relation, de relation sans nom on passe à l’idée de fiançailles, ultime étape précédant le mariage, mariage qui serait alors l’engagement suprême. Inversement, lorsqu’on veut exprimer en français le fait qu’on ne vit pas que pour son travail ou que pour son employeur, on entendra des personnes dire « je ne suis pas marié avec mon entreprise ». Il y a dans ce terme d’engagement quelque chose de fort qui semble presque sans retour.

Être impliqué, c’est être concerné, concerné plus ou moins selon les cas. Ce même terme « impliqué » est utilisé de façon péjorative dans le cadre d’affaires peu recommandables. Dire qu’un individu est « impliqué » dans un trafic de drogues, cela signifie qu’il a joué un rôle important, qu’il est personnellement lié à ce trafic par ces agissements, et, dans le cas présent, qu’il en porte la responsabilité.

Celui qui est impliqué semblerait donc agir en fonction d’une certaine motivation qui servirait de moteur. Celui qui est engagé laisse supposer qu’il est partie prenante de ce pour quoi il est engagé. Ce n’est pas simplement quelqu’un qui mène une action, c’est quelqu’un qui fait partie intrinsèque de l’action.

 

Il en résulte que l’engagement dans le cadre professionnel est une mobilisation totale du collaborateur comme s’il y avait quelque chose de fusionnel entre sa propre personne et son travail. Alors qu’un collaborateur impliqué ne se confond pas, au contraire, avec son action. C’est juste un comportement qu’il développe, qui peut être plus ou moins fort selon les moments. Il semble disposer d’une certaine liberté qui lui permettrait précisément d’être plus ou moins impliqué selon sa motivation, alors que l’engagement semble quasiment définitif.

Et si pour illustrer de manière encore plus concrète nous prenions une image ? Une image culinaire ? Intéressons-nous aux œufs au bacon ! Pour faire des œufs au bacon, il faut : des œufs et du bacon ! Jusque-là nous devrions être d’accord… Qui dit œuf, dit poule et qui dit bacon, dit cochon. La poule a participé activement pour nous fournir les œufs qui nous permettent de les casser dans la poêle. On peut donc dire qu’elle s’est impliquée. Elle a donné une partie d’elle-même. Elle peut d’ailleurs, continuer à vivre normalement et s’impliquer plusieurs fois. Il n’en va pas de même pour le pauvre cochon ! Il a véritablement donné de sa personne, d’une façon totale, définitive et irrémédiable. Il a fait plus que donner de sa personne. Il a donné « sa personne ». Il s’est engagé.

Et vous ? Que préférez-vous être ?  Poule ou cochon?!

 

 

[tabs] [tab title= « A propos »]

Capture d’écran 2016-09-26 à 13.09.27

Coach en communication relationnelle/ Formateur en prise de parole, gestion du stress, prévention des Risques Psycho-sociaux et spécialiste des comportements humains/ Concepteur de spectacles de théâtre d’entreprise.

Depuis plus de 20 ans, Frédéric LEVY évolue dans le domaine des Ressources Humaines (Recrutement, Conseil en évolution professionnelle, Formation, Coaching).

De formation littéraire supérieure (Classes préparatoires/ Sorbonne) il est titulaire d’une certification en ingénierie et animation de formations et d’une habilitation en pédagogie comportementale. Il a également une solide formation de comédien professionnel.

[/tab] [/tabs]

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits

Sur le même sujet

Share This
Close