Actualitéreseaux sociauxSites emploi

Faible démarrage du recrutement par le biais des réseaux sociaux

Malgré l’émergence des réseaux sociaux comme outil de recrutement, les résultats de l’enquête du cabinet Aquent, montrent que le bouche à oreille et les recommandations (64%) sont les méthodes les plus utilisées en France, aussi bien par les recruteurs que les chercheurs d’emploi. Egalement en pole position, les cabinets de recrutement et les sites d’emploi sur Internet.

Cette étude sur l’emploi, les tendances et les salaires 2009 dans le secteur de la communication, révèle toutefois que les réseaux sociaux représentent une stratégie de recherche d’emploi en vogue chez les candidats. Bien qu’ils s’exposent à une potentielle discrimination ainsi qu’à des perspectives d’embauche compromises par des informations personnelles mises en ligne et dont la véracité est contestable, 34% des talents utilisent ce nouvel outil alors que seulement 13 % des entreprises y ont recours. Ce phénomène n’atteint pas encore les employeurs qui pour la majorité, restent réticents à l’utilisation des sites communautaires comme méthode de recrutement.

Toutefois, au-delà de leurs imperfections, ils pourraient s’avérer utiles pour accéder à des candidatures intéressantes, un facteur de poids dans la compétitivité qui règne entre les entreprises européennes.

« Je soupçonne les employeurs, cabinet et entreprises confondus, qui ont le pouvoir d’intégrer complètement les réseaux sociaux à leur plan de recrutement, d’être les grands gagnants dans cette affaire. La prochaine vague technologique qui soutiendra le recrutement de jeunes talents résidera davantage dans la recherche et l’investissement, d’autant plus que les annonces passées sur les sites web dédiés à l’emploi et dans la presse écrite deviennent justement moins efficaces et de plus en plus chères », analyse Eric Gandibleu, Directeur Régional Europe du Sud.

Qu’en est-il de nos voisins européens ?

En Allemagne, 39 % des demandeurs d’emploi passent par ces sites, tandis qu’ils sont 34 % en France, 30 % en Pologne et 23 % aux Pays-Bas. Cependant, seulement 13 à 18 % des employeurs de ces mêmes pays passent par ce réseau pour trouver des candidats.

« Notre étude nous apprend que les chercheurs d’emploi et les recruteurs de ces marchés amènent immanquablement l’Europe et l’Asie vers une politique de recrutement basée sur les réseaux sociaux », confit le Directeur du Management Aquent Europe, Stefan Ciecierski.

Vous pouvez télécharger l’étude d’AQUENT pour la france et pour l’europe

Sur le même sujet

One Comment

  1. Bonjour,

    Une initiative simple consiste à coupler un Job board avec un réseau social dédié à la communauté cible. C’est ce que nous avons fait en avril 2009 à travers le lancement de http://reseau-ingenieurs.com, un réseau social dédié à la communauté des ingénieurs, distribué sous licence Creative Commons. Ce site sert de relais à Jobingénieur pour diffuser les offres d’emploi et communiquer sur les campagnes de recrutement des entreprises à la recherche de profils ingénieurs. C’est aussi une plate-forme ouverte aux écoles et aux associations d’anciens élèves ingénieurs. Plus de 600 membres et une centaine de groupes existent déjà.

    L’avenir du Job board est sans doute à la croisée d’applications Web emploi classiques (Job boards) et des technologies de Social Media comme les réseaux sociaux transversaux dédiés à des métiers ou des secteurs.

    Cordialement,
    Thomas

Share This
Close