ActualitéSolutions

Comment réussir la digitalisation de vos formations

Interview d'Arnaud Blachon, CEO de Rise Up

Le secteur de la formation professionnelle n’échappe pas à la règle: il a dû accélérer sa transformation face à la crise. Les entreprises n’ont d’autre choix que de rapidement s’adapter pour assurer la continuité de la formation de leurs collaborateurs. «Il commence à y avoir un vrai clivage entre les organismes de formation, les entreprises qui avaient pris le virage du digital et qui du coup ont pu plus facilement s’adapter au nouveau contexte et ceux qui étaient un peu réticents et se sont retrouvés démunis au démarrage de la crise», constate Arnaud Blachon, CEO de Rise Up, une plateforme qui permet de pouvoir varier les modalités de présence en formation entre e-learning et présentiel.

Mais il est encore temps de rattraper ce retard. Cependant, réussir cette transition, que vous soyez un organisme de formation ou une entreprise qui gère elle-même le sujet, demande un réel changement de mentalité.

Tous les conseils d’Arnaud Blachon, CEO Rise Up à retrouver dans l’intégralité de l’interview:

Listen to « Comment réussir la digitalisation de vos formations » on Spreaker.

Une conduite du changement à mener 

«Il s’agit d’une relation tripartite entre la gouvernance, les formateurs en interne et les utilisateurs. Il faut que tout le monde soit aligné. Il ne suffit pas de faire une communication en disant ‘passez au digital learning’. Il y a vraiment une conduite du changement à mener pour que tous les acteurs s’impliquent sur le projet», développe le CEO de Rise Up. 

«Ce qu’a changé la crise c’est que là il n’y a plus le choix. Plus tôt les entreprises se lancent dans le grand bain plus vite elles apprennent. Elles ne vont peut-être pas faire les bons choix au départ mais cela n’est pas grave.  Aujourd’hui, les outils ont des implémentations assez légères. Quand vous commencez avec un outil vous ne partez pas forcément pour cinq ans avec un énorme coût d’investissement au départ».

Commencez par les contenus les plus « figés dans le temps »

De son côté, Rise Up permet d’une part de gagner du temps d’un point de vue administratif en simplifiant les démarches via sa plateforme. Ensuite, celle-ci permet aux formateurs d’y retrouver différents outils pour digitaliser leur formation: créer des classes virtuelles, organiser son contenu, proposer des documents collaboratifs, avoir accès à de la gamification, interagir personnellement avec chacun. Si du présentiel est aussi requis, cela peut également être géré depuis la plateforme.

De manière générale, comment bien se lancer pour ceux qui entame la digitalisation de leur formation? «Il y a une recette basique qui consiste à commencer par les contenus assez figés dans le temps avec une quantité de personnes à former qui est élevée. Là vous avez des courbes qui se croisent pour  vous dire ‘tiens ça c’est un programme clé à transférer au digital parce qu’on va pouvoir y aller très vite’», conseille Arnaud Blachon.

«L’onboarding des collaborateurs également, une fois que vous le mettez en place, cela va vous faire gagner beaucoup de temps très vite. Car la culture que vous allez transmettre au départ ne va pas changer tous les 6 mois. Donc vous allez bâtir un programme qui a vocation à être durable», ajoute le CEO de Rise Up.

Un moyen aussi de garder le contact avec les collaborateurs

Dans certains secteurs, assurer la continuité de la formation est vital, pour la prise de poste par exemple ou encore pour former aux nouvelles normes d’hygiène dans le retail, la restauration. Mais dans tous les cas, Arnaud Blachon voit aussi cela comme une façon de rester proche des salariés. «Nous avons tous besoin de garder contact avec les salariés encore plus quand ils sont à distance. C’est aussi un lien direct de communication. Le risque c’est l’immobilisme».

Innocentia Agbe

Journaliste @LeJournaldes RH et @FrenchWeb.fr Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction@lejournaldesrh.fr

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Share This