ActualitéSolutions

Clustree mise sur l’intelligence artificielle pour combattre les stéréotypes

Fondée en 2013, la startup Clustree développe une plateforme de recommandations RH pour la gestion des carrières et le recrutement, basée sur l’intelligence artificielle. Avec cette solution, elle souhaite faire bouger les lignes et lutter contre les biais.

Bénédicte de Raphélis Soissan, fondatrice de Clustree, décrit sa solution comme étant employee centric, c’est-à-dire centrée sur les salariés. La solution les accompagne dans leur carrière au sein de l’entreprise via de la recommandation de poste, de parcours, de formation, de compétences ou encore de mentors. Elle recommande aussi aux ressources humaines des potentiels successeurs en interne lorsqu’il y a des départs.

Lutter contre les biais

Clustree se focalise donc sur le recrutement interne. « Bien souvent, les entreprises cherchent à l’extérieur la perle rare alors que si elles connaissent les compétences qu’elles ont et qui sont mobilisables sur un poste, elles peuvent trouver en interne », remarque Bénédicte de Raphélis Soissan. Cependant, en cas de recrutement, la solution est également capable d’analyser les CV reçus par l’entreprise.

L’intelligence artificielle développée par Clustree est au coeur de sa solution. « Nous nous appuyons sur une technologie d’intelligence artificielle pour être capable de collecter la donnée, de la normaliser, de la structurer ». L’un des engagements fondamentaux de Clustree est ensuite de lutter contre les biais, de rendre son IA « aveugle aux stéréotypes ».

Pour cela, l’IA de Clustree apprend sur 250 millions de parcours dans le monde et à partir des données des clients. Avec cette solution, la startup souhaite pouvoir accompagner tous les salariés dans la gestion de leur carrière en interne, ce qui, selon Bénédicte de Raphélis Soissan, est impossible à faire sans l’aide de la technologie. « Développer un collaborateur, ses compétences, son employabilité, cela prend du temps. Donc pour le faire correctement, un RH peut s’occuper uniquement de 50 personnes ». Certains sont donc laissés de côté. « Les entreprises choisissent qui elles accompagnent, et cela représente 5 % des collaborateurs. Il s’agit des hauts potentiels ». Clustree veut aider les entreprises à aussi s’occuper des 95 % restants.

Retrouvez l’interview complète de Bénédicte de Raphélis Soissan, fondatrice de Clustree :

Innocentia Agbe

Journaliste @LeJournaldes RH et @FrenchWeb.fr Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction@lejournaldesrh.fr

Sur le même sujet

Share This
Close