ActualitéDroit socialManagementUne

Alerte au burn-out pour les professionnels du marketing

Alors que le manque d'expertises adaptées est l'un des principaux freins à la transformation digitale cités par les cadres dirigeants dans le monde, les professionnels du marketing européens se sentent globalement confiants dans leurs capacités à faire leur travail convenablement, selon les résultats du «Adobe Digital Roadblock Report 2016». 

Parmi les plus de 1 300 marketeurs interrogés par les auteurs de l'étude, 65% déclarent en effet avoir les compétences nécessaires pour réussir dans leur poste, et 60% d'entre eux se disent prêts à utiliser les dernières technologies pour l'ensemble de leurs missions. Plus des deux tiers d'entre eux (67%) estiment cependant que la profession n'a plus rien à voir aujourd'hui avec ce qu'elle était au début de leur carrière. Qu'en est-il vraiment de leur perception des évolutions de leur profession? 

Moins de la moitié des professionnels sont des moteurs du changement

Si les professionnels du marketing sont globalement confiants quant à leurs propres compétences, leur optimisme concernant la profession en elle-même a diminué par rapport à l'année passée: ils ne sont ainsi plus que 66% à estimer être au début d'un «âge d'or du marketing», contre 72% en 2015. 

Autre constat, alors que 8 marketeurs sur 10 déclarent que les changements qui touchent leur profession sont avant tout des opportunités, ils sont plus de la moitié (52%) à avouer plutôt subir ces changements, en hausse de 6 points comparé à l'année dernière. 

adobe-marketing-octobre2016-1

Et face à l'accélération du changement constaté par 81% des répondants, un nombre croissant de professionnels s'inquiètent de leurs capacités à s'adapter: là où ils étaient 37% à partager ce genre de préoccupations en 2015, ils sont en effet 44% en 2016. 

Plus de pression aux résultats, moins d'influence sur la stratégie

Interrogés sur la question, 64% des professionnels du marketing estiment que leur service joue un rôle de plus en plus important dans la génération de revenus pour leur entreprise. Soumis à plus de pression en termes de résultats, les professionnels du marketing se sentent également moins impliqués dans la définition de la stratégie de leur entreprise. Là où, en 2014, 68% d'entre eux estimaient que le marketing jouait un rôle-clé pour définir cette stratégie, ils ne sont aujourd'hui «plus que» 63% à partager cet avis. 

Peut-être un début d'explication à ce ressenti: les attentes des clients évoluent sans cesse, et ces derniers sont beaucoup plus exigeants vis-à-vis des marques. 74% des marketeurs estiment ainsi que leurs clients attendent une réponse immédiate à leurs sollicitations, et 73% qu'ils attendent des marques des contenus beaucoup plus attractifs qu'avant. Les deux tiers des répondants soulignent également l'importance d'avoir un lien personnalisé avec les marques. On imagine aisément que la gestion de la relation client, d'un point de vue purement opérationnel, prenne désormais une place centrale dans les missions des marketeurs. 

adobe-marketing-octobre2016-2

Le mobile et la data, deux priorités pour 2017

Parmi les principaux challenges identifiés par les professionnels du marketing, le mobile arrive en tête des préoccupations. 85% des professionnels du marketing estiment ainsi qu'avoir un site adapté au mobile est une priorité d'ici trois ans, et 51% d'entre eux déclarent que le marketing mobile est une de leurs priorités pour l'année à venir. 

adobe-marketing-octobre2016-3

A moyen terme, la question de la data est un autre enjeu identifié par les professionnels interrogés: 45% d'entre eux la placent  ainsi parmi leurs priorités à trois ans. Et 10% des répondants estiment que la capacité à utiliser la data plus efficacement est l'un des facteurs-clés de succès dans leur profession à l'avenir, au même titre que la capacité à travailler mieux sur différents canaux. 

Mais le principal frein identifié par les marketeurs reste le niveau de budget dont ils disposent, jugé insuffisant par 39% des répondants, loin devant le manque d'outils adaptés (18%) ou encore le manque de vision claire de là où ils vont (à 17%). 

 

**Méthodologie: Etude réalisée en ligne auprès de 1 301 professionnels du marketing en Europe, du 20 juillet au 2 août 2016. Parmi les répondants, 30% sont Français, 35% Allemands et 35% Britanniques. 

 

Sur le même sujet

Share This
Close